Accident de travail

31 août 2016

Quand tout va bien, un travailleur victime d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle transmet sa réclamation à la CNESST, cette dernière reconnaît l’événement et indemnise le travailleur et il n’y a pas de contestation.

Malheureusement, il arrive trop souvent que ce ne soit pas aussi simple : pour divers motifs, la CNESST refuse la réclamation ou bien c’est l’employeur qui conteste la décision de la CNESST qui était favorable au travailleur. Que ce soit le travailleur ou l’employeur qui conteste la décision de la CNESST, il faudra faire des représentations au service de la révision administrative de la CNESST. Si la décision de la révision est aussi contestée par le travailleur ou par l’employeur, il faudra se présenter devant le TAT division santé et sécurité (Tribunal administratif du travail) pour plaider la cause. Devant le TAT, vous devrez probablement faire face au représentant de l’employeur. Dans ce cas, on parle de stratégie, de preuve, d’interrogatoires, de règles, etc.

Aussi, dans presque tous les cas, un conciliateur du TAT tente de régler le dossier à l’amiable sans audition. Comment savoir si un compromis proposé est acceptable compte tenu de votre dossier et surtout si vous ne subirez pas un préjudice dans le futur dans le cas d’un autre accident ou dans le cas d’une rechute ou d’une aggravation ?

Les représentants de l’UES 800 sont compétents pour agir à titre de procureurs devant le TAT et vous conseiller en conciliation. Certains de nos représentants sont même spécialisées en matière d’accidents de travail et de maladies professionnelles ; à ce titre, ils agissent à titre de support technique et professionnel auprès des autres représentants et représentantes du syndicat et ils plaident eux-même certains dossiers.