se-syndiquer-1

Pourquoi se syndiquer ?

Lorsque je suis syndiqué, je peux travailler avec mes confrères et consoeurs de travail pour améliorer mon environnement de travail.

Lorsque je suis syndiqué, je peux négocier de meilleures conditions de travail : salaires, horaires de travail, assurance collective, fonds de pension, vacances, etc. Je profite de ces avantages et tous les membres de ma famille en profitent aussi.

Lorsque je suis syndiqué, je peux donner mon opinion au travail sans crainte de représailles.

Lorsque je suis syndiqué, je peux lutter contre les injustices ; j’ai des droits en tant que travailleur et j’ai des moyens pour les défendre.

Ce qu'il faut faire

Communiquer avec un recruteur de l’UES 800. C’est tout simple !

De façon plus détaillée, voici ce qu’il faut faire et ce qui se passera.

  1. Ayez le maximum d’informations possible : les noms, adresses, numéros de téléphone et fonctions des autres employés, les départements de l’entreprise, l’opinion de certains de vos confrères et consoeurs de travail à l’égard du syndicat, les principaux problèmes présents dans l’entreprise, le nom des contremaîtres et des autres cadres. Il n’est pas nécessaire d’avoir toutes ces informations, mais prenez en note celles que vous avez.
  2. Contactez Éric Morin, recruteur de l’UES 800. Cette personne déterminera, à partir de ses connaissances, de son expérience, de votre opinion et de vos informations, la meilleure façon d’obtenir l’adhésion au syndicat de la majorité des travailleurs.
  3. Le recruteur de l’UES 800 mettra en place les moyens pour faire signer des cartes d’adhésion syndicale par les travailleurs et les travailleuses de l’entreprise. Notez que la signature de ces cartes est strictement confidentielle et que la Loi interdit de révéler le nom des personnes qui ont signé une carte d’adhésion.
  4. Le syndicat dépose ensuite une requête en accréditation au Ministère du Travail, pour obtenir le droit de représenter votre groupe de travailleurs. Suite à une brève enquête du Ministère pour vérifier si le syndicat a respecté les dispositions de la Loi, le syndicat est accrédité. Commence alors le processus de négociation d’une première convention collective.
  5. Surtout, vous devez demeurer convaincu que si les 20 000 membres de l’UES 800, avec les plus de 500 000 autres travailleurs affiliés à la FTQ, sont certains d’avoir fait le bon choix en se syndiquant, c’est aussi la bonne décision pour vous.
  6. Si vous êtes déjà syndiqué à l’UES 800, vous connaissez probablement quelqu’un qui ne l’est pas mais aurait avantage à l’être. Parlez-lui de l’UES 800 et donnez-lui nos coordonnées ; ou encore communiquez-nous le nom de cette personne et nous entrerons contact avec elle.

se-syndiquer-3

se-syndiquer-2

Vos droits

Droit d’association

La liberté d’association est reconnue tant par la Charte canadienne des droits et libertés que par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Elle protège le droit de tout salarié d’appartenir à une association de salariés de son choix, de participer à la formation de cette association, à ses activités et à son administration (art. 3 du Code du travail du Québec)

Le Code du travail du Québec interdit donc le recours à l’intimidation ou aux menaces pour amener quiconque à devenir membre, à s’abstenir de devenir membre ou à cesser d’être membre d’une association de salariés. (art. 13)

En période d’organisation syndicale, les gestes et paroles de l’employeur seront qualifiés en fonction de leurs effets normalement prévisibles sur les salariés. Par exemple, un employeur ne peut menacer faussement de fermer son entreprise ni annoncer une modification aux conditions de travail de ses salariés ; ce comportement serait considéré comme une menace ou de l’intimidation et serait donc jugé illégal.

De plus, il est interdit à un employeur de chercher à faire obstacle à l’exercice d’une activité syndicale légitime (telle la signature d’une carte) que ce soit par un refus d’emploi, par l’intimidation, par la menace de renvoi ou quelque autre menace, ou par l’imposition d’une sanction ou d’une mesure discriminatoire ou de représailles. (art. 14)

Lorsqu’une personne contrevient à l’article 14 du Code du travail, elle se rend coupable d’une infraction pénale et s’expose également à un recours civil contre elle (plainte) par le salarié visé par une mesure illégale. (art. 15 du Code du travail). Cette plainte doit être déposée dans les 30 jours de la mesure ou sanction prise à l’encontre d’un salarié. Dans un tel cas, notre syndicat assurerait la défense du salarié.

Dès qu’il y a démonstration de l’exercice d’une activité syndicale légitime, il y a présomption que la sanction ou mesure a été imposée par un employeur pour ce motif (art. 17) ; il appartiendra alors à l’employeur de faire la preuve d’une autre cause, juste et suffisante, au soutien de la sanction ou mesure imposée. Si l’employeur ne peut faire une telle preuve, la sanction sera annulée et le salarié rétabli dans ses droits et pleinement compensé.

Vous êtes donc protégé dès la signature d’une carte de membre à l’Union des employés et employées de service, section locale 800.

De plus, à compter du dépôt d’une requête en accréditation, conformément à l’article 59 du Code du travail, un employeur ne peut plus modifier à sa guise, les conditions de travail de ses salariés. (art. 59)

À noter que l’appartenance d’une personne à une association de salariés est confidentielle et ne peut être révélée à quiconque. (art. 36)

Contactez-nous

Communiquez avec nous et vous recevrez toute l’information nécessaire pour devenir membre.

Notez que toute demande demeure confidentielle et votre identité demeure secrète.

REPRÉSENTANT SYNDICAL RESPONSABLE DU RECRUTEMENT

Éric Morin
418 627-8800 poste,
e.morin@ues800.org
210-5000, boul. des Gradins
Québec QC  G2J 1N3

Devenez un membre recruteur

Un programme de membre recruteur a été mis en place par l’UES 800 le 1er février 2005. Ce programme vise le recrutement de nouveaux membres afin de pouvoir élargir la gamme des services offerts sans devoir augmenter les cotisations syndicales, de pouvoir contrer la sous-traitance en “cheap labor”, d’avoir une plus grande représentativité dans certains secteurs afin d’établir des normes et protéger des emplois.

Guide d'action syndicale

Guide d’action syndicale 2016