Communiqué de presse
INFO REMUE-MÉNAGE – VOL. 1 – RENOUVELLEMENT DE VOTRE CONVENTION COLLECTIVE

15 septembre 2017

Aux salariés et salariées syndiqués de l’entretien ménager couverts par le décret de Montréal.

Bonjour à vous tous,

Comme vous le savez, la présente convention collective tire à sa fin. En effet, le 31 octobre 2017, elle sera échue et le droit de grève et de lock-out sera acquis. À ce jour, les membres du comité de négociation (Mario Pino, Anthony Camara, Jorges Camones, Michel Gascon, Lise Carrière, Lucie Thériault, Éric Séguin, Philippe Dufort, François Rollet et maître Clément Groleau) ont rencontré les membres de l’association patronale à trois reprises. La dernière rencontre a eu lieu le 7 septembre dernier devant la conciliatrice, madame Lise Lavallée. Lors de cette rencontre, les parties ont discuté de leurs demandes respectives, mais aussi d’établir un échéancier des rencontres à venir.

Sachez que les membres du comité de mobilisation vont vous informer de ces échanges à des moments jugés opportuns. Il s’agit de votre contrat de travail et vous devez être intéressés par le déroulement des séances de négociation. Il serait donc sage de transmettre votre adresse courriel à votre syndicat afin de vous tenir au courant des discussions qui ont eu lieu avec votre employeur. Sachez aussi que vous pourriez obtenir cette même information en consultant le site Web du local 800 (ues800.org).

RAPPEL DES ÉVÉNEMENTS 

Après avoir reçu vos demandes pour le renouvellement de la convention collective, nous avons écrit ce que la collectivité des salariés demandait et nous avons fait entériner ces demandes en assemblée générale le 23 avril 2017. Nous savons que les demandes syndicales sont importantes, mais elles sont justifiables (nous en ferons la preuve lors des discussions article par article avec les employeurs) pour ne pas perpétuer les violations de la convention collective à l’encontre des salariés.

À titre d’exemple, plusieurs employeurs ont volontairement refusé d’appliquer les procédures à suivre à l’égard des articles 12, 13, 14 et 15 de la convention collective et ce, en plus de ne pas remettre au syndicat les listes d’ancienneté à jour et les formulaires de mouvements de personnel dûment remplis. Ces clauses dites normatives demeurent tout aussi importantes que vos demandes monétaires. En effet, ça donne quoi d’avoir une augmentation salariale importante si votre employeur vous place sur la liste de rappel (sans salaire) illégalement pendant plusieurs mois.

Pour contourner cet irritant, puisque les employeurs ont d’autres choses plus importantes à faire dans une journée de travail que de mettre les documents à jour et d’en informer le syndicat, la partie patronale a trouvé comme solution miracle de vous retirer le droit de contester par grief un mouvement de personnel. Cette brillante idée de la partie patronale frustre au plus haut point les membres du comité de négociation. C’est comme si la partie syndicale décidait de retirer le droit à l’employeur d’imposer une mesure disciplinaire à l’encontre d’un salarié.

DEMANDE DE CONCILIATION

À la suite du dépôt des demandes de la partie patronale, le comité de négociation a décidé de faire une demande afin que la ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale nomme une conciliatrice. En effet, les demandes patronales sont non seulement injustifiables, mais au surplus, elles sont insultantes. Vous constaterez par vous-même ce torchon de travail (voir un résumé des demandes patronales) lors de la prochaine parution de l’INFO REMUE-MÉNAGE (vol. 2), la semaine prochaine.

 

Syndicalement vôtre,

Le comité de mobilisation.